Rallye Centre Alsace 2017 - tylwydd

Mauffrey au bout du suspense...

          Arpentant à nouveau certaines des plus belles routes du rallye WRC de France – Alsace, le rallye du Centre Alsace, pour sa 4e édition, propose encore une fois aux pilotes d'en découdre au milieu des vignobles parés des couleurs de l'automne. En trois boucles de trois spéciales, les équipages alternent les conditions d'adhérence, au gré des chemins viticoles et des routes forestières. Plus de 80 d'entre eux ne s'y sont pas trompés et de nombreux voisins du Luxembourg – pour leur championnat – et d'ailleurs sont même venus gonfler les rangs des locaux. Gengler s'élance ainsi en Subaru WRC avec le numéro 1 sur les portières, mais les favoris de l'épreuve sont à chercher dans la catégorie R5, où Mauffrey et sa 208 T16 font figure d'épouvantail, et dans la catégorie GT où Werver, au volant de la Porsche 996 de Reutter, voudra reprendre un bien qui lui a échappé l'année dernière dans un talus. Edel, présent finalement en Fiesta R5, s'est toujours montré compétitif mais pourra-t-il jouer la victoire en découvrant quasiment sa monture ?

          Si le temps reste menaçant toute la journée, la course débute sous un beau soleil matinal. Mauffrey est le premier à se mettre en valeur dans la spéciale d'Epfig Nothalten St Pierre au bois. Il devance Edel de plus de 5 secondes et un Wilt en quête de régularité de plus de 10 secondes. Suivent Jakubowski, de retour en 208 T16, Gengler et Werver. Braesch avec un 7e temps et Lanthermann avec un top 10 signent déjà de beaux chronos. Le scratch se resserre dès l'ES de Breitenbach remportée par Edel, qui revient à deux dixièmes de Mauffrey, devant Werver et Jakubowski. Le pilote de la Peugeot réplique en s'imposant dans la spéciale de Stampoumont et rentre au parc devant Edel pour 3,2". Les deux pilotes ont déjà fait le trou au classement puisque Jakubowski pointe déjà à plus de 18 secondes et Werver à plus de 29. Sorti de la route dans l'ES 3, Braesch doit déjà renoncer. Traglia en R3 fait une belle percée avec une 8e place, juste derrière la 207 S2000 de Fernandes. L'inusable Goettelmann et sa célèbre M3 devancent Munhowen et sa Subaru qui clôturent le top 10.

Un pari osé mais risqué

          La deuxième boucle repart sous un ciel plus voilé, mais toujours sur le sec et toujours sur un bon rythme : Edel s'impose dans l'ES 4 et en reprenant plus de 5" à Mauffrey, s'empare également de la tête de la course… Malgré son manque de roulage, son coup d'essai pourrait bien se transformer en coup de maître avec une Fiesta qui remplace au pied levé une Fabia défaillante. Jakubowski continue quant à lui de se montrer aux avant-postes mais c'est Wilt qui signe le deuxième temps.

          Edel confirme ses bonnes dispositions dans l'ES 5 avec un nouveau scratch devant Werver cette fois. Rebelote dans l'ES 6 où Mauffrey ne cède que 1,7". C'est donc bien le pilote de la Fiesta qui clôt cette deuxième boucle en tête pour 7,3". Jakubowski, Werver, Gengler, ou Wilt ne peuvent que suivre la lutte de loin, très loin,  relégués de 42" à plus d'une minute des leaders du moment, qui se livrent quant à eux une bataille acharnée à coups de secondes.

          La troisième boucle s'annonce autant somptueuse pour la victoire finale qu'incertaine niveau météo. La pluie doit en effet faire son apparition et les équipes s'activent sur le choix des pneus. Mauffrey opte prudemment pour une monte mixte alors qu'Edel fait le pari des slicks en espérant passer entre les gouttes. L'ES 7 lui donne en partie raison mais le pilote de la 208 lui reprend tout de même 2,6", avec Wilt qui réussit même à s'intercaler entre les deux prétendants…


          Les trombes d'eau qui s'abattent sur l'ES 8 bouleversent le classement : prévoyant et à l'aise sous la pluie, Werver signe son premier scratch devant Machado en N4 et Folb en R2. Mauffrey limite la casse avec un 7e temps mais pour Edel, c'est la catastrophe ! Il cède sa place au Vosgien et se voit relégué à plus de 31 secondes, sous la menace de Werver… Et il reste encore 10 km à parcourir… L'ultime chrono confirme l'inéluctable chute d'Edel au classement. Mauffrey s'y impose, dans la même seconde que Werver, devant Gass et Jakubowski. Edel est alors éjecté du podium après avoir longtemps dominé les débats.


          Mauffrey l'emporte finalement devant Werver, auteur d'une remontée inespérée sous la pluie, et Jakubowski très régulier pour son retour. Edel échoue au pied du podium. Loin de la tête, Gengler, 5e, remporte sa manche luxembourgeoise devant Munhowen,9e, et Lauer. Suivent Wilt et Machado, vainqueur en groupe N et en N4. Traglia, 8e s'impose dans la classe R3 avec sa Clio et Folb, toujours impressionnant, complète le top 10 tout en remportant la R2.

          Dans le groupe N, Bertrand termine deuxième N4 derrière Machado et Grandclaude remporte la N3 devant Claudon et Georgel. En N2, la famille Host s'impose à nouveau, devant Mea et Monnin. En N1, Frech devance Mazzoleni et Defeux. Si les Luxembourgeois Gengler, premier A8W, et Munhowen, premier A8, dominent logiquement le groupe A, Gass déchaîné sous la pluie et Goettelmann complètent le podium de la A8. Oriel devance quant à lui Parent en A7. En F2000, Gaudissard triomphe finalement devant Stirling, premier F2000/14, Desjeunes et Poirot.

          Le rideau tombe finalement sur une nouvelle belle édition, concentrée sur une seule journée, et qui parvient à se renouveler tout en gardant la forte identité qui fait tout son charme et qui devrait attirer de plus en plus les pilotes comme le public.


Texte et photos S. P.

Powered by SmugMug Log In